Retour aux articlesRetour aux articles
Wellworking

Pourquoi nous ne parlerons plus jamais de coworking

Kwerk a longtemps été présenté comme un pionnier du coworking en France. Un terme que nous n’avons jamais récusé… sans jamais entièrement nous y reconnaître, tant il est protéiforme.

 

Dans son premier âge, le coworking a été la traduction physique d’une nouvelle vision du monde – presque une philosophie – portée par des mouvements alternatifs. La configuration des espaces, ouverts et partagés, était la matérialisation d’une vision du travail reposant sur la puissance de la communauté, l’innovation ouverte et la co-création.

 

Puis c’est devenu un business. Un modèle économique où l’on voit apparaître des marques mondiales dont certaines poussent très (trop ?) vite, avec ses principes d’industrialisation et de standardisation des espaces. Les entreprises et les acteurs publics eux-mêmes se mettent à créer leurs « espaces de coworking ». Un espace de flex-office un peu « designé » avec un baby-foot…, des bureaux de passage « plug and work » pour accueillir des visiteurs ou des start-up, etc.

 

Aujourd’hui, le concept est devenu un mot fourre-tout, désignant tout ce qui ne ressemble pas aux bureaux à l’ancienne. Quitte à faire passer pour « innovants » des espaces qui ne le sont guère. Quitte à faire du coworking une forme de co-washing, censé faire croire aux millennials que leurs employeurs comprennent les révolutions en cours.

 

Voilà pourquoi nous ne parlerons plus jamais de coworking quand il s’agit d’évoquer notre métier. Pour le remplacer par quoi ?

Par quelque chose qui traduise fidèlement l’esprit originel et décalé de Kwerk ; qui soit le témoignage de notre singularité et de notre ambition pionnière. Et qui explicite formellement notre savoir-faire.

 

 

Ce savoir-faire porte désormais un nom : le Wellworking™.

Le Wellworking™ est la réponse à la mission que Kwerk s’est assignée : permettre aux individus comme aux entreprises de s’épanouir et de concrétiser leurs rêves. Il repose sur une conviction simple : le bien-être psychique et le bien-être physique sont les premiers déterminants de la performance au travail. Derrière l’évidence du postulat se cache la complexité de l’ingénierie technique et économique.

 

Un siècle d’études comportementales a démontré l’impact de l’environnement sur la performance… mais il n’existe pas de modèle concret. L’espace, les végétaux, les couleurs, les matières, l’atmosphère sonore et olfactive, l’environnement social et urbain…, on a su évaluer l’impact de ces facteurs séparément, mais jamais ensemble. Et pour cause. Il n’existe pas de laboratoire vivant qui les réunirait tous et permettrait de juger de leurs effets combinés. Les entreprises ne savent pas encore quantifier, qualifier et ordonner les ressources pour garantir un ROI probant, et renoncent, de fait, à mettre en place une approche systémique et profonde.

 

Alors nous avons créé Kwerk. Nous l’avons expérimenté, nous l’avons développé, nous l’avons perfectionné. Et il a donné naissance au Wellworking™.

 

En voici les fondamentaux.

 

> Un design qui éveille les sens. Nos sites, dessinés par Albert Angel, parlent tacitement aux cinq sens, par un travail sur les matières, les odeurs, l’air, les végétaux, l’atmosphère sonore… La sensation de bien-être est d’abord créée par un jeu de correspondances « synesthésiques ». Aucun de nos sites ne ressemble à un autre, car le lieu inspire un design singulier. À chaque fois, on ressent inconsciemment une impression paradoxale de surprise et de familiarité.

 

> Une équipe de professionnels de l’hospitalité et du wellness, 100 % internalisée et formée. Nous pensons que le bureau reste une expérience humaine qu’aucune plateforme numérique ne pourra remplacer. Nous avons fait le choix d’internaliser toutes les compétences, en considérant que nous réalisons un métier de services, d’hospitality, et pas un métier immobilier : cela exige de cultiver une rigueur et des aptitudes toutes particulières. C’est un choix économique qui se traduit par un niveau de service qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

 

> Des postes de travail thérapeutiques. Le travail immobile est une invention très récente à l’échelle de l’humanité. Et il produit des effets désastreux, sur le corps et sur le psychisme. C’est pourquoi nous avons inventé nos propres mobiliers et espaces de bureau. Ils favorisent une posture saine pour le corps et encouragent, au choix, la mobilité ou la relaxation : desks ajustables, assises thérapeutiques, caissons glissants dans les cloisons, gravity chairs, etc.

 

 

> Une attention portée au corps, notre meilleur allié. Il est temps de réconcilier le corps et l’esprit, comme nous y invitent les sagesses antiques et orientales. Nous avons créé un programme continu d’entraînement mental et physique unique en son genre, Kwerkwell, auquel nos membres ont un accès illimité. Il propose dans chacun de nos centres des sessions de cardio, de yoga et de méditation, incluses dans la journée de travail. Pour les avoir expérimentées nous-mêmes, nous savons que ces sessions améliorent la concentration, la motivation, l’endurance physique et mentale, et la gestion du stress. Et donc la performance au travail !

 

> L’écosystème humain. Le bien-être est directement indexé sur la fréquence (et la qualité) des relations sociales. Nous désignons ainsi des événements, tantôt sérieux, tantôt festifs, pour que nos membres partagent des moments intenses et fédérateurs :  conférences, morning pitchs, talks « inspirationnels », afterworks déjantés… Ils forment le petit supplément d’âme qui rappelle chaque jour à nos membres l’origine du mot Kwerk, transcription phonétique du mot anglais signifiant « décalé, excentrique ».

 

 

En guise de conclusion, j’ajouterai un dernier mot plus personnel. Comme mon associé et cofondateur Albert Angel, je possède une double nationalité ; j’ai vécu et travaillé dans plusieurs pays. Et pourtant, c’est en France que nous avons choisi tous les deux de fonder Kwerk. L’esprit pionnier et l’esprit entrepreneurial appartiennent à notre culture nationale, et notre pays a une sensibilité toute particulière pour les métiers liés à l’art de vivre, au service et au bien-être. Notre pari est que la France, connue mondialement pour son savoir-vivre, peut aussi le devenir pour son savoir-travailler.

 

www.kwerk.fr